Un printemps en enfer Agrandir
MANNAERT Alberte

indemne ainsi que toute sa famille d'une embuscade lors de l'invasion allemande, mai 1940. Marquée par ce drame, elle fera fi des frontières et des nationalismes exacerbés. Dès l'adolescence elle se réfugiera dans la musique, la poésie, le dessin et la danse. À travers toutes les embûches, la peinture et l'écriture resteront son jardin secret. Des voyages réguliers en Italie à travers les musées d'Europe et Outre-Atlantique ont développé en elle l'amour de l'art. L'Académie des Beaux-Arts à Bruxelles lui a enfin permis de donner libre cours à son besoin de créativité. Rencontres d'autres peintres, tels Delvaux et Delmotte, expositions durant de nombreuses années. La perte de son époux la fait changer d'horizon. Elle dira " J'ai déposé mes pinceaux pour prendre la plume ". " La peinture est déjà une écriture en soi ".

Un printemps en enfer

Joseph Mannaert, chef d’entreprise et père de sept enfants, vit, à 54 ans, sa deuxième guerre mondiale.
Homme autoritaire et intransigeant, il fera tout pour sauver l’œuvre de sa vie. Soudain, arrive Monsieur Charles, homme secret et énigmatique.
La maison, sise en Brabant Flamand, était un lieu de passage où se croisaient les clients, les amis de l’ombre et l’occupant, insatiable rapace omniprésent !
Au mois d’août 1943, à Marche-en-Famenne, quatre jeunes filles sont prises au piège par la gestapo.
Elles n’oublieront jamais.
Sur le mur de la scierie dans les Ardennes seul subsiste le nom de mon père.

J’avais 8 ans en 1940.

Catalogue

164

220.00 grammes

09/12/2017

702872

16,00 €

Powered By ImustBe Verviers