Le chemin qui mène à soi Agrandir
FLABAT-PIOT Véronique

Véronique FLABAT-PIOT, est membre agrégé ou sociétaire de la plupart des grandes associations poétiques françaises. Après avoir été Déléguée pour le Bénélux (1997-2010) et la Francophonie (2001-2010) de la Société des Poètes et Artistes de France (SPAF), et avoir assuré, jusqu'en 2014,la Vice-Présidence française de cette société, ainsi que la présidence du jury des Grands Prix Internationaux de Poésie accordés par la SPAF, elle remplit à présent, depuis 2015, les mêmes fonctions au sein de la Société des Poètes Français (Paris). Reçue en 2003 sous le Berceau des Roses des Rosati d'Arras, le Consulat de la Vinée de Bergerac l'intronise, en 2005, en reconnaissance de ses qualités poétiques et littéraires; en 2011, la République Française lui octroie le titre de Chevalier dans l'Ordre des Arts & des Lettres. Véronique Flabat-Piot est encore membre d'autres jurys poétiques internationaux. Elle est aussi fondatrice (1998) d'ateliers d'écriture poétique dans les écoles et d'un salon littéraire, " La Plume Vagabonde " qui a fêtera en mars 2019 ses vingt ans d'existence. Elle organise régulièrement des sentiers littéraires et expositions artistiques, des concerts, des conférences et parfois des " voyages littéraires "… Elle-même est, sur invitation, une conférencière appréciée par son auditoire. Sa poésie - résolument classique ou tout au contraire libérée - a été amplement laurée, en France et en Francophonie. Citons comme exemple, en 2013, le Prix bourguignon Georges Riguet, en 2015, le Prix de Poésie Marie Noël ou, en 2016, le Prix Maurice Rollinat de Poésie Classique, suivi du "Prix Rollinat de Poésie Libérée",en 2018... Tous prix "uniques".

: 071556987
: laplumevagabonde@gmail.com

Le chemin qui mène à soi

Ecrire un recueil intitulé « Le Chemin qui mène à soi » peut paraître une démarche franchement « égocentrique » ! Et pourtant…
Comme le signalait l’écrivain et philosophe français Charles JULIET, dans une interview accordée au journal « Le Monde », en novembre 2011, « Tout écrivain écrit d’abord pour lui, pour se rejoindre soi-même et c’est à cette seule condition qu’il peut marcher à la rencontre d’autrui » !
C’est vrai ! Ecrire – ou « s’épancher», se révéler, dans un Art, quel qu’il soit – représente, de prime abord, une démarche foncièrement égoïste ! On écrit, on peint, on sculpte, on compose avant tout pour débrider son moi profond, pour exprimer une douleur, une peine, un espoir, un rêve qui nous étoufferaient si l’on ne l’extirpait pas de nous, de notre âme même, si nous n’en faisions pas offrande aux autres, pour qu’elle ou qu’il devienne réminiscence, expérience, écho, plénitude ou chagrin chez ce « vis-à-vis »… qui nous ressemble toujours un peu !
Tout Art est donc, aussi, un trait d’union entre « l’autre » et « soi-même » ! La création – quelle qu’elle soit – est aussi main tendue vers autrui, partage dans l’euphorie ou la détresse, dans l’accomplissement ou dans le renoncement, dans l’espoir ou dans la totale dépression !
Comme le proclamait l’écrivain Eric-Emmanuël Schmitt, lors d’un passage télévisé récent, « l’écriture n’est pas la découverte de soi, mais la découverte des autres « que l’on a en soi » ou des autres qui nous entourent… »
C’est ainsi que partir à la découverte de « l’autre », c’est avant tout se mettre en route pour marcher à la rencontre de soi-même. « Je » suis « lui » et « il » est « moi »…

Poésie

140

130.00 grammes

01/09/2018

9782870955994

15,00 €

Powered By ImustBe Verviers